Thérapies familiales : pourquoi nos familles modernes sont-elles si peu soudées ?

Une famille idéale se composerait de papa, maman et les enfants. Le scénario idéal serait que la famille reste soudée quoi qu’il advienne. Et pourtant, plusieurs sont les événements et les vécus de tout un chacun qui font que la famille moderne se désintègre de jour en jour. Ainsi, échec scolaire, troubles de l’alimentation, tentatives de suicide, repli sur soi et autres peuvent être des signes annonciateurs d’un tel phénomène. Autant de souffrances peuvent concerner celle du groupe familial dans son intégralité. De là prend source les thérapies familiales. Dans cette optique, le symptôme d’un enfant, par exemple, n’est plus perçu comme souffrance individuelle, mais serait un révélateur de relations dysfonctionnelles impliquant les parents et toute la fratrie.

 

Casser le cercle infernal

Le fonctionnement d’une famille non soudée et en crise est comme une boucle qui se referme sur elle-même. La souffrance de toute la famille ne fait que s’accroître, pour toujours se répéter. Par ailleurs, plusieurs sont les pathologies familiales qui se basent autour d’un non-dit , voire des souffrances qui se transmettent de génération en génération, car elles n’ont pas pu être surmontées par les générations précédentes. Cela peut être le cas d’un membre de la famille alcoolique, et qui, après enquête, fait apparaître qu’un membre de la génération précédente a déjà souffert des mêmes problématiques.

 

Thérapie individuelle ou familiale

Dans la majorité des cas, le recours à une thérapie familiale n’est pas toujours évident. Il est très rare que tous les membres de la famille concernée expriment leur souhait d’être aidés. Souvent, lorsque toute la famille se retrouve réunie dans le cabinet d’un thérapeute familial, l’un des membres a été considéré comme ayant des problèmes. Généralement, il aurait un long parcours thérapeutique derrière lui. La personne qui porte le symptôme est indiquée en tant que « patient désigné ». C’est elle qui génère le problème de toute la famille. Il fait tout pour focaliser l’attention sur lui. Afin de poser une indication de thérapie familiale ou de thérapie individuelle, l’expert examine au préalable les symptômes évoqués. Ces derniers peuvent puiser ses racines dans une problématique familiale importante.

 

Qu’est-ce que la thérapie familiale ?

Cette thérapie se penche de près sur les relations et les interactions entre les membres d’une même famille. Elle s’adresse souvent aux parents qui ont un enfant présentant un symptôme inquiétant. Ce symptôme serait révélateur de souffrance ou de difficulté de la famille dans son ensemble, mais non pas en tant que problème d’un seul membre. Le thérapeute ne reçoit pas obligatoirement la famille tout entière. Cette consultation familiale a pour but de faire avancer l’ensemble de la famille, pour qu’elle puisse retisser les liens différemment. En effet, une famille détient toutes les compétences et les ressources nécessaires pour tisser de nouvelles relations, lui permettant de mieux vivre ensemble, pour trouver et mettre en place une meilleure harmonie.

 

Les outils de la thérapie familiale

Une thérapie familiale doit être entamée dès lors que certains changements font leur apparition, entre autres une naissance, le départ des enfants, le décès d’un proche et autres, et qui déclenchent une crise. Habituellement, les symptômes se manifestent durant les périodes de transition. Comme outils de la thérapie familiale, l’expert travaille sur le lien, pour permettre aux parents et aux enfants de mieux communiquer entre eux, afin qu’ils trouvent de nouvelles réponses pertinentes à leurs problèmes. Le thérapeute aide à identifier les règles implicites, les non-dits, les croyances ainsi que les mythes familiaux, en somme, tous les facteurs qui rendent rigide le système familial et freinent l’évolution de la famille. Il prend également en compte les aspects transgénérationnels qui amèneraient les parents à projeter sur les enfants, les problèmes qu’ils n’ont pas pu résoudre avec leurs propres parents.

 

Le déroulement d’une thérapie familiale

En fonction des pratiques propres à chaque thérapeute, la famille peut être prise en charge par un ou deux praticiens. Il se pourrait que l’un des deux se retrouve derrière une glace sans tain, évidemment, en accord avec la famille. Cela lui permet d’avoir un recul devant les interactions familiales. Dans la même optique, les séances peuvent être filmées. Cependant, dans les centres privés, la famille ne rencontre qu’un seul thérapeute. Dans la pratique, une thérapie familiale est une thérapie brève. Elle est centrée sur le présent, pour étudier et analyser les actions et réactions de chacun des membres de la famille. La thérapie familiale se repose sur le principe que la famille se décline en un système, dont tous les membres sont interdépendants. On débute avec trois à cinq entretiens, de deux fois par mois. Par la suite, une évaluation est réalisée pour que le thérapeute puisse constater s’il est encore pertinent de continuer. Il arrive quand même des cas plus complexes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *